Chroniques de la transformation durable… 1) Culture

Cédric Baecher, Partner au sein de Wavestone, nous offre un éclairage unique sur la transformation durable dans une série publiée dans le magazine REFLETS. Cette série est structurée autour de dix défis clés, reflétant les réalités concrètes rencontrées par les décideurs et acteurs. Ces articles offrant une lecture essentielle et des réflexions profondes sur des enjeux cruciaux pour notre époque.


Article publié dans le magazine REFLETS (communauté ESSEC Alumni) N°147, mai-juin 2023.

Dans le premier article de cette série, nous introduisions un cadre de lecture de la transformation durable, articulé autour de 10 défis inspirés de situations réelles, rencontrées sur le terrain au contact de décideurs et d’acteurs. Pour poursuivre cette réflexion, nous entamons une série de chroniques thématiques approfondissant chacun des 10 enjeux : culture, complexité, incertitude, polémique, performance, données, pouvoir, narratif, massification, leadership.

Pour chaque chronique, nous convions un grand témoin invité à partager ses idées et éclairages, à la lumière de sa propre sensibilité et de son expérience managériale.

Merci à Dinah Louda, Présidente de l’Institut Veolia, conseillère du président de Veolia pour les relations internationales et responsable du projet « culture et changement » de transformation dans le cadre de la fusion avec Suez en 2021, d’avoir apporté sa contribution à cette première chronique.

Un spectre large à considérer…

Parler du rôle de la culture dans la transformation durable impose de mettre en lumière tout le spectre du sujet. Lorsqu’on parle de culture, on pense spontanément à la langue, à la création artistique (musique, littérature, peinture…), à l’art de vivre (alimentation)…

Or la culture renvoie aussi aux différents modes de décision, de résolution des problèmes, de conception des valeurs et de la justice, de perceptions du leadership et de l’autorité, de rapports entre générations… La culture fait référence aux relations au temps, à l’espace, à l’environnement (nature, ressources…), elle interroge différentes approches et grilles de lecture de notions comme l’utilité, la prospérité.

L’occasion de partager deux anecdotes frappantes : l’une en marge de la Conférence des Nations Unies « Rio+20 », lors d’un échange avec un diplomate brésilien révolté par les velléités françaises d’appliquer le concept de « bien commun » à la forêt amazonienne… L’autre en marge de la COP17 [1] de Durban, lors d’un entretien avec l’ancien président du GIEC [2] Rajendra Pachauri, qui soulignait la difficulté pour l’Occident et l’Orient de bien se comprendre sur le sujet de la biodiversité, puisque pour les premiers l’homme est « à part [3] », alors que pour les seconds il fait « partie intégrante » de la biodiversité…

Il y a dans la transformation durable un fort enjeu d’écoute, d’humilité, de prise de conscience et d’objectivation des écarts de perceptions, pour assurer un terrain de compréhension mutuelle.

Un enjeu de dialogue continu…

Ensuite, en écho au point précédent, la transformation durable impose de prendre en compte la diversité culturelle pour trouver des façons de transposer, décliner intelligemment des dispositifs qui, pour être opérationnels et jouer efficacement leurs rôles fédérateur et mobilisateur, doivent faire l’objet d’une réelle appropriation locale.

Exemple concret : celui de la raison d’être de Veolia (« Contribuer au progrès humain, en s’inscrivant résolument dans les Objectifs de Développement Durable définis par l’ONU, afin de parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous […] Ressourcer le monde en exerçant notre métier de services à l’environnement»).

La raison d’être va plus loin que ce que l’on appelle parfois la « culture d’entreprise ». Issue d’un long processus collaboratif associant les parties prenantes internes et externes, elle exige dans les faits d’entretenir un processus de dialogue continu avec les équipes sur le terrain (220 000 salariés sur 5 continents), pour identifier les questionnements, traduire le sens de l’engagement collectif dans des contextes culturels variés, relier la raison d’être à l’impact, s’assurer que chaque collaborateur comprend quelle peut être sa propre contribution…

En un mot, il faut créer les conditions d’un réel alignement (vision, valeurs), facteur clé de succès pour la transformation. Cela suppose un travail considérable en matière de sensibilisation managériale (ateliers, supports multimédias, enquêtes d’engagements, feedbacksréguliers avec les responsables d’entités…).

La fusion avec Suez n’a pas modifié la raison d’être, mais le défi s’est accru, pour embarquer encore plus de collaborateurs (le volet « culture » est l’un des chantiers à part entière dans le processus d’intégration).

Relier culture et progrès durable…

Au-delà de la diversité des territoires d’implantation, des compétences et des métiers, des différentes « résonances » locales d’un socle de valeurs communes, la mise en mouvement collective impose de définir des « boussoles » compréhensibles par tous.

La transformation durable n’est pas une fin en soi : elle vise fondamentalement à créer les conditions d’un progrès durable, d’une création de valeur partagée conciliant les intérêts de l’entreprise et ceux de ses parties prenantes (« Une entreprise est prospère parce qu’elle est utile, et non l’inverse», rappelle Antoine Frérot, Président du CA de Veolia).

Les fondamentaux de la « culture durable » doivent donc se retrouver dans les outils de mesure. Veolia a ainsi conçu une grille d’analyse de la « performance plurielle » comportant des objectifs pour les 5 parties prenantes et 18 indicateurs de mesure (dont tient compte le calcul des bonus des cadres) cohérents avec la raison d’être du Groupe et son engagement au service de la transformation écologique.

Relier culture et impact doit permettre de dépasser les inquiétudes sociétales, (re)créer de la confiance, rassurer les parties prenantes quant à la capacité de l’entreprise à obtenir des résultats concrets et à assumer sa part des efforts collectifs pour faire face aux enjeux du développement durable (au premier rang desquels l’urgence climatique).

La culture, « programmation collective de l’esprit» selon l’anthropologue Geert Hofstede, est incontestablement une dimension clé de la transition écologique. A fortiori face aux besoins considérables en matière de pédagogie et de sensibilisation, dans un contexte de défiance généralisée (polarisation politique, simplification des controverses scientifiques : nous y reviendrons dans une prochaine chronique).

Les acteurs de tous profils ont besoin de visions inspirantes et partagées, tenant compte des différences de perceptions (traduire littéralement la « sobriété énergétique » n’a pas grand sens en Amérique du Nord, où cette notion est spontanément plutôt rattachée à la consommation d’alcool…) et des différences de besoinset de solutions (selon les contraintes économiques, démographiques, naturelles…).

Comme le rappelle le dernier baromètre [4] mondial Veolia / Elabe de la transformation écologique, 60 % des habitants du monde ont encore du mal à imaginer à quoi pourrait ressembler la vie quotidienne si nous réalisons la transformation écologique…

Pour en savoir plus : consultez le flipbook intégral de ce dernier numéro de Reflets.

[1] Conférence des parties sur les changements climatiques

[2] Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

[3] L’homme « maître et possesseur de la nature » (Cf. René Descartes, Discours de la méthode)

[4] 25 000 répondants dans 25 pays (édition 2022)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est baecher.jpg.

Cédric Baecher, Partner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top